Modifier

Projet SMAD Sarcey

Plan projet SMAD

Le 8 mai 2019

26 présents

Prochaine réunion Lundi 13 mai 19h mairie des Olmes

Le projet SMAD est un projet d’implantation d’une unité logistique (de 16 000 à 20 000 m2) sur une partie des terres agricoles de la commune de Sarcey. Ce projet vient poser plusieurs questions quant à son réel intérêt ou pertinence. Il s’additionne à l’existant : Actival Boiron et la zone du Noyeraie avec RNA ; ainsi qu’aux projets d’Intermarché-Junet Brico, d’ID Logictics et plusieurs autres non dévoilés.

Gilles nous explique la situation

 Les dimensions des projets  les zones touchées  les corridors écologiques actuels  les zones humides * la faune, la flore présente

Différents enjeux sont expliqués :

L’artificialisation des sols

  1. Avec comme impacts la perte de zones agricoles, avec quelle compensation ?
  2. L’incohérence avec le PADD 1 du PLU 2 qui réserve l’utilisation de ses terrains à des activités artisanales avec le ScoT de l’ouest lyonnais dont dépend Sarcey qui : "garantit la compacité des formes urbaines, privilégie le renouvellement urbain par rapport aux extensions, contribue à la préservation des espaces naturels à enjeux"

La création d’emploi et le développement

  1. Pour un projet de gestion d’une activité hautement robotisée, il est prévu la création de 20 emplois dont une partie sur le site de Savigny soit au plus 3,3 emplois à l’ha (20 sur 6ha)
  2. Le SCoT 3 de l’Ouest Lyonnais prévoit 12000 emplois sur 180ha pour minimiser l’artificialisation des sols, soit 66,6 emplois à l’ha. Le projet est loin de répondre à ces directives
  3. les taxes aux entreprises permettront l’entretien et le développement des biens communs

La protection de l’environnement

  1. le projet se situe en plein milieu d’un corridor Schéma Régional de Cohérence Ecologique à remettre en bon état ! Comment reconnaître qu’entourer ruisseaux et zones humides de batiments dont celui de la SMAD de plus de 20m de haut, et d’autres sans doute plus haut encore (ID Logistic), illuminés le soir, ce serait une manière de remettre en état des espaces qui sont déjà considérés comme dégradés
  2. Des espèces protégées vivent en ces lieux (oiseaux, batraciens, papillon, chauve-souris)
  3. L'impact sur le paysage sera très important que ce soit de l'A89, de la RN7 ou des villages environnants. D'ici quelques années, on deviendra comme St Quentin-Fallavier, paysage que tout le monde connaît, en bordure du péage de l'A43 en direction de Chambéry-Grenoble avec d'immenses bâtiments neufs et aussi d'immenses friches.

Ce que cache ce projet

  1. Les zones concernées devaient être réhabilitées en terres agricoles après le chantier de l’A89, elles ne l’ont jamais été. Aujourd’hui, c’est ce qui permet de justifier de la pertinence du choix de ces terrains vis-à-vis de leur état déjà artificialisé.
  2. Un projet d’artificialisation de terres agricoles plus vaste encore est prévu avec le SMADÉOR 4 , auquel participe la COR 5 et CCPA 6 . Ce projet se déroule en plusieurs étapes :Intermarché, Boiron SMAD ...projets du SMADEOR, et après ? . Des étapes sans doute nécessaires pour faire évoluer les PLU en douceur par modifications successives plutôt que de réaliser des changements massifs inacceptables par la population.

La question de la démocratie qui se pose

  1. Une information très limitée auprès des locaux,
  2. Des dossiers lourds (PLU, SCOT, PAD, ...), compliqués pour pouvoir être analysés et critiquables dans un temps court,
  3. Une programmation de l’enquête publique de St Romain organisée en juillet- août, période de vacances. Est-ce pour les faire passer plus facilement et éviter des recours ?
  4. Le vote du PLU par vote en conseil municipal pose les questions suivantes : les conseillers sont-ils suffisamment informés ? Ont ils le temps d’analyser les dossiers et de prendre l’avis des populations qu’ils représentent ? Des changements de PLU remontés en préfecture, dématérialisés et qui ont pour conséquences le retour d’un avis simple avis de réception sans vérification de légalité.

Les arguments sont suffisamment parlants pour que l’assemblée organise des méthodes d’actions, de questionnement et voir, d’opposition au projet. Plusieurs pistes ressortent en vue d’être organisées la semaine du 13 mai :

  • Créer un collectif pour pouvoir si nécessaire porter plainte au tribunal administratif
  • Porter un projet en concurrence qui vienne apporter des arguments de création d’emplois locaux
  • Organiser une information avec les conseillers municipaux
    • Réunion
    • Aller dans les conseils pour les rencontrer
    • Création d’un argumentaire (cohérence du PADD avec le projet)
  • Soutient populaire
    • Pétition
    • Communication web, réseaux sociaux, blog
    • Sondage

Pour info Le progrès du 28/09/2018 axtrait Le progrès du 28/09/2018

Post suivant

Posts en relation

Articles récents